Mairie de TilhouseTilhouse est un village de crête surplombant, à l’est, la vallée de l’Arros, au revers du plateau de Lannemezan. Il a longtemps été un accès privilégié aux villages des Baronnies. Carrefour fréquenté dès la protohistoire, les nombreux tumuli qui jalonnent la voie de la Ténarèze, témoignent de la circulation des hommes et des denrées de l’Espagne vers la Garonne, par la Baïse et de l’Atlantique vers la Méditerranée.

Au XIIème siècle, la seigneurie de Tilhouse appartient au comté de Bigorre auquel les habitants laboureurs-éleveurs- artisans doivent des impôts en nature. Elle prend sa forme actuelle : une motte féodale sur laquelle est bâtie l’Eglise constitue un vestige féodal qui rappelle la présence de seigneurs locaux : la famille de Barège dont l’origine remonte peut-être aux souverains du Béarn. Des tenures groupées autour de l’église et de la maison seigneuriale, des terres agricoles cultivées en blé et en lin, une forêt de chênes. Plus loin à l’ouest un moulin sur l’Arros et à l’est, aux confins du village, une lande inculte et ventée, parcourue par les troupeaux d’ovins

Au temps de la guerre de Cent Ans, des routiers et des bandouliers, le fort de Tilhouse participe d’un réseau de châteaux ceinturant le plateau et destinés à accueillir, contre redevance, les voyageurs commerçants passant par le plateau.

 Au XVème siècle, Tilhouse appartient à la viguerie de Mauvezin, et à la vicomté de Nébouzan dont le siège est à Saint-Gaudens. Les De Barège se succèdent dans la seigneurie de Tilhouse et de Molère jusqu’en 1778.

Durant l’époque moderne, Tilhouse, dont l’église a été incendiée en 1569 par une troupe protestante venue du Béarn voisin, fait partie de ces territoires repris en main par le roi Henri IV après les guerres de religion.

Pendant cette période, les habitants soudés et très attachés à leurs droits négocient âprement avec leur seigneur : représentés par leurs sindics, ils obtiennent des droits d’usage sur les landes du plateau et la forêt (1520, puis 1603 et 1608), ainsi que sur l’eau servant à irriguer leurs parcelles (1615). Ces droits sont confirmés au XVIII ème siècle et plus encore au XIX ème siècle après de longs et fastidieux procès contre leur seigneur ou les communautés voisines (moines de l’Escaladieu, villages voisins) à l’issue desquels ils réussissent à racheter les bois convoités pour les rassembler en une forêt communale, longtemps unique ressource économique collective. Les coupes de bois leur servent par exemple à financer la construction d’une maison commune, de l’école de garçons et des écoles de filles dans la deuxième moitié du XIXème siècle.

Dépendants de l’eau des sources du plateau, vitales pour leurs activités agricoles et leurs besoins domestiques, ils s’organisent pour financer leur captage et construire en 1901 un premier réseau d’eau potable alimentant cinq bornes fontaines et bassins.

Après un exode rural massif jusque dans les années 1960, la population s’est stabilisée autour de 220 habitants. Caractérisé par une économie présentielle, le village profite toujours d’une agriculture dynamique, d’un artisanat rural (fromager) et de services (MAM, maison d’accueil, centre aéré, bibliothèque) au cœur du village ainsi que d’associations vivantes qui rassemblent régulièrement les habitants lors des moments forts de l’année : nouvel an, fêtes du 15 août, repas des chasseurs… La qualité de ses paysages, de sa biodiversité (mares, haies, faune et flore), de sa forêt encore préservée attire randonneurs, cyclistes, promeneurs et amoureux de la nature.

D’origine botanique, le nom de Tilhouse (Telhousa) pourrait rappeller la présence des tilleuls.


Blason Tilhouse

Blason de la commune

«D’argent au mont de sinople sommé d’une tour de sable, au chef cousu d’or chargé d’une croisette latine de gueules accostée de deux corneilles affrontées de sable».


 

Quelques images de la commune